Le dénicheur de vinyle

20

Quelque chose de Tennessee

Aujourd’hui offrez vous un moment de dépaysement. Envolons nous avec les Nachvilles, direction les Etats-Unis à Angres, code postal 62143 !

Y aurait-il une légère confusion géographique ? Pourtant le disque dont il est question dans cet article est bien une réalisation des Nachvilles. Oui, mais avec un « C ». Tout s’explique.

Tant pis pour le dépaysement. Nous partons donc aux studios R.S.N de  Roubaix, dans le Nord bien français où en 1979 quatre garçons pleins de pensées d’avenir enregistrent un deuxième 2 titres.

Sur la face A résonne un étrange « Combien de jour et de nuits », hybride disco/rock au son de guitare atypique. La thématique est cependant assez classique, tout comme le chant. Le principal intérêt de ce disque s’inscrira plutôt sur la face B, où le quatuor angrois nous livre une réinterprétation instrumentale de « The fool on the hill » des Beatles. C’est donc la guitare qui vient remplacer la voix de Paul McCartney et des synthétiseurs qui viennent s’y ajouter pour conférer à cette reprise une texture plus langoureuse. Le résultat est  idéal à jouer en slow pour faire danser de jeunes mariés et devrait surtout intriguer les collectionneurs de tout ce qui touche aux « Fab’ four » car cette version là, il fallait tout de même aller la chercher ! Les Nachvilles ne seraient-ils pas si rock que ça ? Et bien non, en effet.

Mais le disque est à ranger dans la section des curiosités du riche patrimoine musicale nordiste, l’essentiel étant, comme le dit la chanson, de garder en nous quelque chose de Tennessee.