Les Femmes panthères

1551

« Les Femmes panthères » Grrrrrr ! Une sympathique rencontre et une belle surprise ! Comme tout le monde, j’ai croisé les « femmes panthères » ou leurs photos : Pascaline, la mère, et Esméralda, la fille.  Comme une grande partie des gens, j’ai eu une réaction d’étonnement, de bizarrerie, mêlée de pensées les plus saugrenues : folie, provocation, mœurs légères ; bref toute l’imagination débordante quand on voit des personnes totalement différentes de notre comportement stéréotypé.  Eh bien, je dois vous dire que les panthères, pas dupes, assument tout et quand on a discuté avec elles, on les aime. Leur marginalité résolue et parfois difficile leur permettent des rencontres, des aventures et des actions hors de l’ordinaire. Toutes les deux sont nées et vivent à Armentières. Les parents de Pascaline, d’origine espagnole, étaient glaciers l’été et vendaient des marrons chauds l’hiver. Les souvenirs restent : acheter le lait à la ferme, préparer tôt le produit, le conserver au froid avec des morceaux de glace, le recouvrir d’un sac de jute plein de gros sel et aller aux entractes du Rex… Puis, adolescente, Pascaline danse le flamenco, le tango au rythme de deux voisines accordéonistes ; elle les accompagne dans les cafés, se met à la batterie et les suit dans des tournées dans le dunkerquois.

Lors d’un voyage en Castille berceau de sa famille, pour une raison non dévoilée, Pascaline a envie de s’habiller en panthère et la chance venant, elle continue et…. la légende commença. Mariée à un médecin, aujourd’hui décédé, elle a une fille Esméralda. Dès le lycée, sa fille s’habille en panthère lorsqu’elle sort avec sa mère. Les quolibets lui forgent le caractère ; le père tolérant mais attentif lui laisse une grande liberté une fois le bac obtenu. Les deux panthères en liberté s’émancipent et phénomène étonnant, sans mécène, sans agent artistique, elles entrent dans le milieu de la télé, du cinéma et de la mode et deviennent les deux figures incontournables d’Armentières, de la région et sont connues au-delà des frontières.

panthere

Le Festival de Cannes

les palmiers, la fourrière et les femmes panthères !

« Je sais que je suis à Cannes, j’ai vu les panthères » titre le journaliste de la revue américaine Variety ! C’est un fait, elles sont au Festival et foule le tapis rouge depuis 1984 !  Les rencontres, photos  et coupures de presse à l’appui, sont nombreuses : Roman Polanski qui les fait venir une première fois, David Lynch, Quentin Tarantino, Emir Kusturica, Whoopi Goldberg, Chiara Mastroianni qui donne à Esméralda son assiette, trophée du Festival…..

Leur notoriété est large : défilé de mode, campagne de pub pour Euralille « Tout Cannes s’affiche à Euralille », leurs statuettes au marché du film d’Hollywood, animation de discothèques, leurs marionnettes géantes à Steenwerck ; elles sont le modèle de nombreux peintres et photographes, elles parcourent le monde de festivals en soirées….

Les deux panthères fusionnelles ont une passion commune pour la défense des animaux : elles nourrissent une trentaine de chats sauvages, elles sont marraines de l’association de sauvegarde des panthères des neiges, un des trois phoques échoués et remis à l’eau le 15 novembre (Voix du Nord)a été baptisé Esméralda ….Elles sont aussi différentes : la mère aime la foule, les festivals ; la fille aime les grands espaces et, dans la vraie vie, elle se révèle une réalisatrice de talent soutenue par sa mère. Esméralda, la réalisatrice de séries et de clips

Le plus simple est d’aller sur leur site : www.lesfemmespanthères.com et vous découvrirez la filmographie d’Esméralda ! 

D’abord, une quinzaine de clips et un court métrage « la nuit des amants » en faveur de la lutte contre le sida, lutte qui fait partie aussi des priorités des deux panthères et, ensuite, cliquez sur Best TV : là, vous allez apprécier « Reporters de l’Extrême » une série écrite et réalisée par Esméralda. Cette série met en valeur les attraits culinaires, culturels, économiques et sportifs de notre région en réaction contre les clichés négatifs sur le Nord. Esméralda a fait appel à des amis comédiens qui interprètent des journalistes enquêtant avec humour et décalage sur des sujets variés : la découverte des ports à bord d’un cargo de Rotterdam à Dunkerque, le Paris Roubaix et la fabrication de la bière ….à déguster sans modération !

Les projets

Finir au plus vite les travaux dans leur petite maison ; Esméralda a cassé les cloisons et a laissé tomber la masse sur son pied, d’où l’opération et le rendez-vous avec le pied nu et bandé ! Ensuite, trouver un financement pour son film dont l’action se passe sur la fameuse route 66 et puis….la prochaine exposition en février/mars 2014 à la Maison Folie de Wazemmes « GRRRRR, les femmes panthères » ; cette exposition rassemblera les œuvres d’une quarantaine d’artistes inspirées de Pascaline et Esméralda.

Si non, un rêve pour Pascaline : dormir avec une vraie panthère et voir une rue porter leur nom, de préférence près du Jardin des Plantes…. Esméralda, au grand effroi de sa mère, rêve de naviguer une fois avec Paul Watson, l’éco-terroriste canadien, qui lutte contre la pêche baleinière.