Musique de chambre

81

« Chambre à Part », le goût du partage 

Chaque saison, l’association « Chambre à Part » propose aux lillois un programme d’environ
25 concerts. Ils sont toujours composés d’œuvres de qualité. Certaines vous sont probablement inconnues et c’est l’occasion de les découvrir.

La plupart des concerts se déroulent le dimanche matin, à 11 heures, à l’Auditorium du conservatoire. Il est situé, comme il se doit, Place du « Concert » où se déroule également ce jour-là un magnifique marché.

On peut ainsi allier le plaisir de la musique avec celui d’acheter des fruits ou des fleurs et même terminer la matinée en beauté sur une terrasse des cafés de la place, voire dans un des nombreux restaurants du quartier du Vieux-Lille. L’après-midi, les concerts se déroulent souvent dans des lieux différents comme le musée des Beaux-Arts, l’hôtel Hermitage-Gantois ou bien encore les églises du Vieux-Lille (Sainte-Catherine et Saint-André). Donnés dans les lieux prestigieux, les concerts de «Chambre à Part», sont tout à la fois l’occasion de découvrir des œuvres de grande qualité restées peu connues et de partager les œuvres les plus célèbres du patrimoine mondial de la musique de chambre.

Ces concerts existent à Lille depuis 28 ans. Ils ont d’abord été pris en charge par l’Orchestre National de Lille, puis, depuis 11 ans, par l’association lilloise «Chambre à Part». L’une des figures incontournables de l’équipe organisatrice est, sans aucun doute, l’altiste-violoniste, Paul Mayes, premier alto à l’Orchestre National de Lille. «J’exerce à la fois les fonctions de président et de directeur artistique. Je suis, en quelque sorte, le Jean-Claude Casadesus de Chambre à part», plaisante-t-il.

Paul Mayes est né en Écosse. Après des études de violon au conservatoire de Londres et aux États-Unis, il y a presque 40 ans déjà, il intègre l’ONL avec lequel il a bourlingué dans tous les pays d’Europe. Son carnet d’adresses est très fourni. «Il arrive que de grands virtuoses étrangers viennent participer à nos concerts», explique-t-il. «Mais je donne la priorité aux musiciens locaux. Il en existe beaucoup qui sont de très grande qualité. Ma fierté est de pouvoir leur offrir un lieu d’expression.»

La programmation de «Chambre à Part» est sans doute unique en Europe. 

À côté des œuvres incontournables du répertoire de la musique de chambre, on trouve des pièces insoupçonnées, parfois jamais jouées, dénichées au fond d’une bibliothèque ou dans les archives de la famille de l’auteur. «Je ne fais aucune concession sur la qualité des œuvres», poursuit Paul Mayes, « mais j’essaye toujours de proposer au public des partitions qui lui sont inconnues. Cette recherche des «chefs-d’œuvre oubliés» est un véritable jeu de piste. Cette saison, pour plusieurs de nos concerts, le compositeur était présent dans la salle. Ce furent pour moi des moments très émouvants. ». La célébration du Centenaire de la Grande Guerre a donné lieu, ces deux dernières saisons,  à une programmation particulière, faisant la part belle aux musiciens des nations engagées dans le conflit. Certains d’entre eux ont même péri sur le champ de bataille. Cette fin de la saison, en liaison avec les «Amis des deux clochers», va se dérouler dans les deux églises du Vieux-Lille, Sainte-Catherine et Saint-André (voir le programme ci-dessous). Venez y nombreux de même qu’en septembre, au Conservatoire. Une expérience conseillée à tous ceux qui aimeraient la découvrir.

Alain Cadet

 

Les derniers concerts de la saison :

Dimanche 3 juin, 15 h, l’église Saint Catherine, Voie harpe et quatuor œuvres de André Caplet Françoise Choveaux et Henri Marteau.

Dimanche 17 juin, 15 h, église Saint André, Ludwig van Beethoven, Anton Dvorak, Gordon Jacob.

Dimanche 24 juin, 15 h, église Saint André, Richard Strauss, Joseph Haydn, Françoise Choveaux, J.C. Gengenbre et Friedrich Guernsheim.